Un regard citoyen sur la réalité des climats


L’Affaire climatique : le livre

Première édition

« L’affaire climatique » est née du constat qu’il existe en France notamment, un « non-débat » sur le sujet. Mais quel est-il, ce sujet ? Il s’agit de l’amalgame qui est fait entre l’augmentation des « gaz à effet de serre » (parmi lesquels le gaz carbonique CO2) et une supposée accélération de la hausse des températures de la Planète... Vaste débat, qui est pour en revenir à ce que je disais plus haut, tronqué.

Le citoyen ne peut aujourd’hui accéder facilement à l’information sur le débat, puisqu’il est quasi-inexistant !

Alors, qu’en est-il réellement ? Ce que l’on nous annonce pour l’avenir est-il fondé ? La Société doit-elle se saigner à blanc pour limiter le noir CO2 ? Le climat change-t-il ? Les informations « officielles » reflètent-elles la réalité ?

Toutes ces questions, et bien d’autres encore, c’est en tant que citoyen comme la plupart d’entre vous, que j’ai cherché à y répondre. Sans parti-pris, autre que celui du questionnement, du doute, et en apportant des éléments concrets dont les sources sont toujours vérifiables.



L’édito coup de gueule de l’auteur


Y’en a marre !


Je vais quand même vous en dire plus.


Après avoir édité cet ouvrage incontournable qu’est l’Affaire climatique, je me suis décidé à faire ce site pour le présenter. Puis j’ai eu envie de rédiger quelques articles (des « billets ») pour vous livrer le fond de ma pensée et des connaissances sur le sujet. Mais tout va trop vite, avec d’un côté des faits avérés sur le « climat » et de l’autre des annonces médiatiques qui s’avèrent être en contradiction avec ces faits.


On nous ment ? C’est plus qu’une possibilité, mais sur le sujet qui nous préoccupe, le climat, c’est une évidence. 2015 fut l’année du Climat avec la COP21 à Paris. Et l’on a pu constater, comme je l’avais présagé dans ces lignes fin 2014, le déchaînement médiatique et politique autour du sujet  !


Et qu’oppose-t-on aux affirmations ? Rien ! Aucun débat… « circulez, y’a rien à voir » comme disait notre Coluche national.


C’est là que se justifie mon coup de gueule, car on prend vraiment les citoyens pour des demeurés … je suis un citoyen indigné mais averti sur la question du climat : comment se fait-il que dans un pays qualifié de démocratique, on ne puisse pas sur le sujet du climat laisser s’exprimer des opinions contraires à la Pensée unique ? Et surtout permettre de développer des arguments fondés scientifiquement ?


Comment se fait-il que des milliers de scientifiques dénoncent la supercherie, sans que cela ne change rien à la question du climat ?


Je reviens au citoyen que je suis, qui ne supporte pas le mensonge, l’injustice, et qui chaque jour voit un flot toujours plus grand de contre-vérités déversées à travers les médias. Les auditeurs n’ont même pas le choix pour se fonder une opinion, puisqu’il n’y a pas de débat, pas de contradicteur : Pensée unique vous disais-je !


Pire encore, ceux qui osent apporter la contradiction sont vivement pris à parti, et des termes comme « négationnistes » ou même « chevaliers de la Terre plate » ont été employés en France pour juger sans procès ces personnes dont je fais partie. Plus récemment, une personnalité politique a proposé de créer une liste des climato-sceptiques afin de les traduire à l’avenir devant un « tribunal international de l’environnement »  ; une autre, très connue également, a traité publiquement les climato-sceptiques de « connards ».(voir les billets)


Vous verrez sur ce modeste site, ou à travers « l’Affaire climatique », en quoi tout ce que l’on nous dit ou nous annonce sur le climat n’est pas fondé du point de vue scientifique.


Le sujet du climat est tellement sérieux qu’il ne devrait pas être confié à des experts. Des scientifiques consciencieux et non contraints seraient bien utiles pour que l’on puisse en savoir plus. Mais on ne les laisse pas s’exprimer !


 

Toutes les sources de ces affirmations sont vérifiables sur, entre autres, ce site Internet. (Voir les liens in fine).


Je m’arrêterai là … pour le moment


Bonne lecture !





L’année 2016 démarre sur les cendres évidemment encore chaudes de la Conférence sur le climat à Paris (COP 21). Une réussite historique pour les uns, qui masque une réalité bien moins positive.

C’est peut-être pour cela que cette dernière chance de sauver la Planète sera suivie en 2016 d’une COP 22 qui se tiendra au Maroc, à Marrakech. A 200 millions d’euros la conférence, c’est à se demander si cet « investissement » est raisonnable ?

La conférence parisienne a constitué un anachronisme et présente un risque majeur pour notre Société. Pourquoi ?


- tout d’abord, ce qui fonde la réunion, c’est la réduction du CO2. Or, il est désormais démontré scientifiquement qu’il n’existe pas de lien entre l’augmentation du CO2 et celle des températures. Donc l’effet de serre (phénomène physiquement réel, qui permet la vie sur Terre) n’a jamais été « démontré » scientifiquement, et par conséquent ne peut être ) n’est pas la cause des « dérèglements climatiques ».


- les températures n’augmentent plus depuis 1998, malgré ce qui peut être annoncé (voir les démonstrations de cette affirmation dans les billets). Or le CO2 continue à progresser ==> ceci constitue une autre preuve scientifique du non-lien entre températures et CO2.


- les phénomènes extrêmes ne sont pas plus ou moins nombreux « qu’autrefois » : par contre l’aménagement du territoire a parfois été mené de façon irresponsable dans les zones à risques (inondations, tempêtes, érosion du littoral, etc.). De plus l’information a considérablement évolué, nous donnant l’illusion que « ça va mal partout ».


- les mesures envisagées risquent de ruiner encore plus notre économie. Outre le sacro-saint principe de précaution et normes environnementales qui font fuir à l’étranger de nombreuses entreprises, et en font sombrer d’autres, les sommes colossales investies dans l’éolien et le photovoltaique le sont à perte (pour les citoyens, mais à profits pour quelques-uns…).


- combien coûte au contribuable ce « plan climat » ? 2 milliards par an ? 3  milliards ? On n’en sait trop rien. Ce qui est sûr, c’est qu’il est destiné à combattre une illusion, celle du rôle du CO2 dans le climat.


- ce n’est donc pas une catastrophe écologique qui s’annonce, mais une nouvelle crise économique. 2016 pourrait être l’année 0 de cette crise si la Conférence de Paris débouchait sur des mesures concrètes.


Nous avons bon espoir que l’on en arrivera pas là, et le nombre de scientifiques qui cherchent à faire éclore la vérité sur le climat continuera à argumenter, malgré l’omerta qui leur est opposée.


L’illustration de ce constat est confortée par la création de l’Association francophone climato-optimiste AFCO et du Collectif climato-réaliste.


Vous trouverez les références et sources des affirmations évoquées plus haut, soit dans les billets, soit dans « l’affaire climatique », mais aussi dans les liens placés in fine.



Testez vos connaissances :


DHMO : plus dangereux que le CO2 ?

Garanti non politique, non idéologique, agnostique, et étranger à l’écologisme.


Non financé (hélas !) par les groupes pétroliers.

Lien avec l’AFCO, association de scientifiques proposant des arguments fondés sur le climat.


Le présent site et son auteur apportent leur soutien à l’association des climato-réalistes


L’affaire climatique : un site créé par un citoyen-auteur d’un livre cherchant à dénoncer la propagande climatique.

QUOI DE NEUF ?


L’auteur de l’Affaire climatique participera au 7e Week-end de la liberté le 24 septembre à Saint Paul lès Dax. Programme.          

 

- ouverture d’une page consacrée aux réactions reçues suite à la parution d’articles dans la presse C’est ici


- Conférence donnée par Olivier Postel-Vinay à Saint-Paul-lès-DAX le 5 mars 2016 - Organisée par le Cercle Frédéric Bastiat==> page vidéos


-               

Seconde édition

Actualisée, complétée